Les paysages du Gâtinais de l’Est (suite)
3- Les vallées Nous avons déjà vu que le Gâtinais du Loiret était coupé en deux par la vallée du Loing orientée sud-nord. D’autres vallées, celles des affluents de sa rive droite, ont creusé le plateau gâtinais d’Est en Ouest. La vallée du Loing, en amont de Montargis, les vallées de l’Aveyron, de l’Ouanne et de la Cléry offrent des paysages identiques mais qui diffèrent de ceux du plateau.
Ces vallées ne sont pas très encaissées ; leur profondeur d’une vingtaine de mètres et la présence de la rivière suffisent cependant à modifier la nature des boisements, des cultures, de l’habitat et des voies de communication. Les pentes des vallées font apparaître les couche calcaires qui constituent le socle du plateau. La végétation de ces pentes sèches tranche avec celle des fonds de vallées, nourrie des apports alluviaux
Divisées en de très nombreux bras, les rivières semblent serpenter naturellement parmi les prairies et les peupleraies. Ces divisions sont moins naturelles qu’il y paraît, elles résultent des nécessités d’utilisation de l’eau à travers les siècles : biefs des moulins et des lavoirs, alimentation des étangs, irrigation des prairies et des parcs, apports d’alluvions.
A la différence du plateau, l’habitat est ici concentré, les localités se succèdent au long des rivières. Des châteaux sont assis sur les pentes et des moulins se dressent au bord de l’eau. De nombreux lotissements ont été aménagés sur les hauteurs.